Réalisée dans un esprit de rencontre, de partage, de reconnaissance et de valorisation, cette recherche collaborative présente des exemples de pratiques de sécurisation culturelle que des directions, éducateur.trice.s, enseignant.e.s, conseiller.ère.s, agent.e.s de liaison, expert.e.s en langue et culture, et intervenant.e.s, dont 41 Innu.e.s dans un total de 81 participant.e.s, ont développé au fil des années pour offrir des ressources et des services contribuant à soutenir la persévérance scolaire et la réussite éducative d’enfants, d’élèves et d’étudiant.e.s innu.e.s.

Des exemples concrets de ces pratiques, catégorisés selon différents champs d’intervention, sont disponibles sous forme de vidéos et d’outils de transfert dans le site web qui accompagne ce rapport de recherche. La force des résultats de recherche réside dans les savoirs culturels et d’expérience des personnes qui ont partagé ce qu’elles font au quotidien, permettant de mettre au jour des pratiques concrètes, des services éducatifs à la petite enfance jusqu’à l’université, développées en contexte innu et provincial, dont la faisabilité a été éprouvée. On y entend les voix de professionnel.le.s qui ont comme objectif commun de mieux accompagner les jeunes et les adultes des Premiers Peuples vers la réussite.

De l’analyse de ces pratiques, que les participant.e.s jugent sécurisantes sur le plan culturel et considèrent gagnantes pour soutenir la persévérance scolaire et la réussite éducative, se dégagent des pistes d’action concrètes. Ces pistes d’action sont ainsi validées en contexte de pratique, en plus d’être adaptables et transférables pour tout milieu éducatif qui veut s’en inspirer. Nous souhaitons que ces pistes nous aident collectivement à répondre à l’appel à l’action de la Commission de vérité et réconciliation (CVR, 2015).

Comme le dit Julie Rock, Katshishkutamatshesht, professeure innue en réalités autochtones et en intervention psychosociale, et membre de l’équipe de recherche, « lorsque vient le moment pour moi d’entrer en relation avec vous, dans votre environnement, je veux être en mesure de vivre mon identité en tant que Première Nation. Je veux m’exprimer en fonction de mes croyances, de mes valeurs et de mes savoirs culturels. Je veux affirmer mon identité dans ma langue et ma culture ».

Chercheuse principale
Christine Couture, Université du Québec à Chicoutimi

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : janvier 2024