Responsable : 
Marco Alberio

Établissement : 
Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Année de concours : 
2020-2021

Action concertée – Programme de recherche sur les personnes aînées vivant des dynamiques de marginalisation et d’exclusion sociale

Volet – Projet de recherche

Partenaires :

  • Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH)
  • Le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI)
  • Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)
  • La Société d’habitation du Québec (SHQ)

1. Résumé du projet

Ce projet de recherche vise à mieux cerner les conditions de vie et les expériences d’exclusion sociale des aînés au sein des régions rurales dites « éloignées » dans des situations de crise et d’urgence. Plus spécifiquement nous allons nous concentrer sur la situation actuelle de pandémie de COVID-19 et ce, à différents moments : confinement, déconfinement, retour à l’état d’urgence, etc. L’objectif général de ce projet consiste à identifier et à analyser les dynamiques de marginalisation et d’exclusion sociale auxquelles les aînés des milieux ruraux du Québec, avec leur diversité de profils et situations, peuvent être confrontés dans une situation de pandémie comme celle de la COVID-19. La compréhension de ces dynamiques et des processus d’exclusion à partir des expériences individuelles et collectives des aînés – mais également à partir des expériences des intervenants – pourra fournir des pistes d’action visant à réduire l’impact négatif des pandémies sur les aînés, et promouvoir leur inclusion sociale. Les aînés ont été ciblés, au moins potentiellement, par des processus de discrimination institutionnelle. Au Québec, comme dans d’autres pays, les personnes âgées de 70 ans et plus sont majoritairement à risque de développer des complications et de décéder de la COVID-19 (Québec, 2020). Pour cette raison, elles ont reçu la consigne de la Direction de la santé publique de rester autant que possible à leur domicile. De plus, en prévision du pic des personnes infectées, certains CISSS et CIUSSS auraient réorganisé les effectifs et les services afin de répondre à la demande sanitaire. Cette réorganisation concernait notamment les auxiliaires et les professionnels aux services de santé et sociaux qui travaillaient au domicile des clientèles vulnérables et souvent en perte d’autonomie (Guillet, 2020). Cette réaffectation du personnel de soutien au domicile a eu un impact important sur ces personnes qui dépendent de ces services au quotidien. Pour toutes ces raisons d’ordre varié, la pandémie a agi comme un catalyseur en exacerbant les phénomènes et les dynamiques d’exclusion sociale auxquels les personnes âgées étaient déjà souvent exposées. Cette situation de pandémie affecte aussi le travail du personnel de la santé, des services sociaux et de l’action communautaire. Dans ce projet, nous avons donc choisi de prendre également en considération leurs actions et interventions dans une situation de pandémie. La dimension territoriale sera mobilisée tout au long du projet comme un élément essentiel qui structure les expériences des ainées, ainsi que celles des intervenants (Alberio, 2018; 2020a).

2. Cochercheurs et collaborateurs

Cochercheurs

Nom, Prénom

Alberio, Marco

Institution

Université du Québec à Rimouski [UQAR]

Département

Sociétés, territoires et développement

Statut en Recherche

Chercheur ou chercheuse universitaire

Nom, Prénom

Gilbert-Ouimet, Mahée

Institution

Université du Québec à Rimouski [UQAR]

Département

Sciences infirmières

Statut en Recherche

Chercheur ou chercheuse universitaire

Nom, Prénom

Ouellet, Nicole

Institution

Université du Québec à Rimouski [UQAR]

Département

Sciences infirmières

Statut en Recherche

Chercheur ou chercheuse universitaire

Nom, Prénom

Van De Velde, Cécile

Institution

Université de Montréal

Département

Sociologie

Statut en Recherche

Chercheur ou chercheuse universitaire

Aucun collaborateur

3. Appel de propositions

Le projet est d’une durée de 3 ans, le montant total octroyé est de 188 125 $ et le rapport de recherche est attendu pour le 15 février 2023.