Responsable : 
Beaulieu, Lucie

Établissement : 
Université Laval

Année de concours : 
2021-2022

Développement d’un bioprocédé pour la production de mono- et oligosaccharides aux propriétés fonctionnelles provenant d’algues à l’aide d’enzymes recombinantes produites dans un système certifié sécuritaire

« Au Québec, les algues marines sont encore peu consommées malgré l’excellente qualité de cette ressource, surtout connue pour sa richesse en nutriments tels que les fibres, les protéines, les vitamines et les minéraux. Les algues marines présentent un grand potentiel alimentaire non seulement grâce à leurs excellentes qualités nutritionnelles, fonctionnelles et organoleptiques, mais aussi grâce à leurs vertus pour la santé humaine avec notamment des effets bénéfiques potentiels sur le microbiote intestinal ou encore en prévention des maladies cardiométaboliques.

L’une des composantes principales des algues du genre Porphyra (nori) est un type de polysaccharide sulfaté qui leur est exclusif : le porphyrane. Les polysaccharides sont des substances reconnues pour leurs effets prébiotiques puisqu’ils sont des substrats sélectivement utilisés par les microorganismes conférant un bénéfice pour la santé. Or, des études ont démontré que d’autres genres d’algues telles les Laminaria (kombu) possédaient des polysaccharides sulfatés pouvant moduler le microbiote intestinal. Bien que les quelques études sur les porphyranes ont démontré que leurs propriétés bénéfiques pouvaient être améliorées par une hydrolyse, leurs potentiel antimicrobien et leurs effets sur la santé gastrointestinale comme prébiotique reste à documenter. Ainsi, les algues du genre Porphyra actuellement peu valorisées au Québec représentent un potentiel d’applications de nouvelles technologies enzymatiques pour le développement de produits, à haute valeur ajoutée visant la consommation humaine.

Le présent projet vise à développer un bioprocédé pour la production de dérivés de polysaccharides aux propriétés fonctionnelles provenant d’algues du genre Porphyra à l’aide d’enzymes recombinantes produites dans un système certifié sécuritaire. Le projet permettra donc de produire une nouvelle gamme d’enzymes à haut potentiel de valorisation pour diverses industries, démontrer le potentiel des hydrolysats de porphyranes en tant qu’agent de conservation biologique et prébiotiques ayant un effet positif sur le microbiote.

Le projet permettra ainsi d’accentuer l’intérêt des Québécois pour la transformation et l’exploitation durable des algues qui sont encore peu valorisées au Québec. »