Un portrait-mosaïque des artistes en entrepreneurs numériques

Un portrait-mosaïque des artistes en entrepreneurs numériques Alors que le numérique structure la vie socioéconomique, le milieu de la culture s’inscrit souvent dans une relation ambivalente avec les potentialités et défis de ces technologies et de leurs usages.

Notre recherche suggère qu’une meilleure maîtrise du numérique par les créatrices et créateurs passerait par le renforcement du développement des compétences entrepreneuriales et numériques. Après trois ans en dialogue avec le milieu dans 6 régions du Québec, une équipe interuniversitaire interdisciplinaire rapporte un portrait contrasté de la diversité des expériences vis-à-vis du numérique en musique, arts vivants et arts visuels.

Une meilleure maîtrise du numérique passerait par le renforcement du développement des compétences entrepreneuriales et numériques. 

Si les observations sur le terrain permettent d’identifier des pratiques avancées à chacune des grandes étapes de la chaîne de valeur culturelle (création, production, diffusion), elles révèlent aussi des besoins importants de développement des compétences entrepreneuriales nécessaires à l’exploitation du potentiel du numérique.

Ces résultats appellent une réflexion sur les évolutions possibles des formes de l’accompagnement public. Ils invitent en particulier à supporter quatre types d’activités-clefs : la veille, la formation continue, les expérimentations, et le partage. Ce dernier terme semble celui qui possède le plus fort effet de levier, en particulier en supportant et facilitant les interactions entre les communautés artistiques et techno-scientifiques des différentes régions du Québec, acteurs naturels de veille et d’expérimentation, et en mobilisant les Conseils régionaux de la culture, les centres d’art et de création numérique, et le réseau des ADN comme relais pour déployer des formations continues sur la mise en œuvre entrepreneuriales des outils numériques.

En supportant les expérimentations des entrepreneurs culturels, et en promouvant l’attitude entrepreneuriale, les institutions québécoises favoriseront la concrétisation de projets originaux tout en renforçant les possibilités d’autonomie économique des créatrices et des créateurs.

Chercheur principal
Laurent Simon, HEC Montréal

Résumé 

Rapport de recherche 

Appel de propositions 

Dépôt du rapport de recherche : décembre 2020