Chercheur : 
Gustavo Adolfo Angulo Mendoza

Établissement : 
TÉLUQ

Année de concours : 
2022-2023

La formation continue du personnel employé dans le secteur public est amplement reconnue comme étant un moyen de développer de nouvelles compétences, aptitudes et connaissances. Ainsi, suivant des stratégies dissemblablement structurantes, les ministères et organismes gouvernementaux du Québec investissent dans l’enrichissement de ces nouveaux acquis. Néanmoins, ce patrimoine immatériel productif des organisations gouvernementales est soumis à des pressions de plus en plus fortes : les départs à la retraite, les restrictions budgétaires, la rareté d’expertises, la complexification des tâches et la concurrence accrue du secteur privé. Dans ce contexte, les processus d’ingénierie pédagogique au sein des organisations gouvernementales du Québec revêtent une importance primordiale pour augmenter leur capital productif.
L’ingénierie pédagogique (IP) est l’ensemble des fonctions soutenant l’analyse, la conception, la réalisation et la diffusion des systèmes d’apprentissage. Par l’utilisation des principes, des méthodes et des outils pertinents, l’IP garantit la qualité et l’efficacité des systèmes de formation. L’IP s’étend de la planification au niveau organisationnel (macro) à la conception de dispositifs de formation dans des domaines particuliers (micro).

Pendant de nombreuses années, les processus, les méthodes et les outils d’IP au sein des organisations gouvernementales ont évolué très lentement ou sont restés sensiblement inchangés, avec quelques exceptions, et ce, malgré le fait que de nouvelles modalités de formation aient été adoptées ailleurs, par exemple, la formation en ligne en mode synchrone et asynchrone ou l’apprentissage mobile (m-learning). En outre, les méthodes de conception et de développement de formations sont restées ancrées dans le « modèle en cascade » sous-jacent à l’approche systémique du design pédagogique, ce qui n’est pas en phase avec les besoins de perfectionnement de la main d’œuvre, l’évolution accélérée des outils de travail, la complexification des tâches et la mobilité du personnel.

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de COVID-19 a engendré des perturbations majeures dans tous les secteurs d’activités et a accéléré la transformation numérique des organisations gouvernementales tout en étant le catalyseur de la formation en ligne et de l’apprentissage par le numérique. Ainsi, dans un contexte post-pandémique, il est envisageable que les systèmes de formation des organisations gouvernementales soient principalement basés sur des modalités de formation en ligne ou hybride. Les nouvelles approches technopédagogiques favorisent l’accès à des formations permettant aux travailleurs et travailleuses de s’adapter aux progrès techniques de leur secteur d’activité. Ainsi, dans une perspective où l’intégration du numérique dans les processus de formation des personnes salariées est présentée comme un incontournable dans un contexte post-pandémique, il apparaît nécessaire de se demander : quelles sont les pratiques d’ingénierie pédagogique mises en place au sein des organismes et des ministères de la fonction publique québécoise ? Comment est-ce que les nouvelles approches de design pédagogique et les innovations dans le domaine de la technologie éducative sont appliquées par les équipes technopédagogiques des entités gouvernementales du Québec ? C’est à ces questions que nous envisageons de répondre dans le cadre de cette proposition de recherche. Ainsi, nous pourrons développer un modèle qui fait état des pratiques interministérielles en matière d’ingénierie pédagogique.